Mini cooper ? Fiat 500 ? 500 C ou Mini Cabriolet

de | 12 septembre 2009

Elles sont belles, fashion, et tape à l’oeil, vous ne pouvez pas passer à coté, la mini et la 500 sont les deux citadines tendances du moment.

la Minimini 2

Plus ancienne, la mini, dont la marque appartient à BMW en est déjà à sa deuxième version, et se décline en plusieurs carrosseries :

Clubman

Un break qui certes ne possède que la configuration du break, le coffre étant tout petit, mais qui conserve le dynamisme de la berline. La voiture possède une et unique porte pour accéder aux places arrières, s’ouvrant de manière antagoniste, celle-ci provoque toujours son petit effet.

Classique

La version la plus vendue, et qui a à sa disposition tous les moteurs:

  • One
  • Cooper 120 cv
  • Cooper S 175 cv qui le même que la 207 RC
  • Cooper D 110 cv , un diesel qui est en fait le HDI de Peugeot qui est monté dans plusieurs autres modèles

Cabriolet

Le nouveau cabriolet est sorti en début d’année, la principale distinction extérieure que l’on notera est l’absence des horribles arceaux qui officiaient auparavant derrière les appuie-tête des passagers arrière en cas de retournement de la voiture.

la Fiat 500

fiat-500-abarth

La fiat 500 ne propose actuellement que deux déclinaisons : une version berline et une version

découvrable qui n’est en fait qu’un toit ouvrant amélioré. La version berline est complétée de la tapageuse version Abarth aux performances qui se veulent sportives.

Le design

Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas. Cependant, la carrosserie de la fiat 500 semble beaucoup plus exposée que celle de la Mini, même si celle-ci semble vulnérable pour une utilisation en ville, son terrain de prédilection.

Dans tous les cas, les deux citadines ne laissent pas indifférent, on aime ou on n’aime pas, mais quoi qu’il en soit, on est loin du design trop consensuel d’une Clio ou d’une Fiat Punto.

L’intérieur

Sur ce point, les deux voitures mettent le paquet : planche de bord vernie pour la fiat 500, compteur analogique central énorme pour la Mini. On regrettera juste l’utilisation de plastiques durs et peu qualitatifs dans la mini, et on s’interrogera sur le vieillissement de la planche de bord de la Fiat 500 (résistance aux rayures, vieillissement …)

Coté Mini

Pour avoir pratiqué plusieurs fois la mini, l’intérieur qui est certes une réussite ne se révelle que très peu utile en conduite :

Le compteur

Le gros compteur placé au centre de la planche de bord demande un temps d’adaptation assez long, il faut en effet quitter la route des yeux pour contrôler la vitesse à laquelle on roule. Il y a bien un rappel numérique de cette vitesse devant le volant, mais cette indication est réellement petite et peu pratique.

Les clignotants

Le système de clignotants est pénible à la longue (ils ne se coincent pas dans un coin comme sur d’autres voitures)

Le montant arrière dans la clubman

Rappelons-le, la clubman dispose de deux portes arrières dont le montant entame la visibilité arrière, ce qui limite l’usage du rétroviseur intérieur

Les commandes de radio

Les commandes de radio sont très jolies, mais l’ergonomie est plus que discutable, les boutons pour controler le tuner, le lecteur CD, le volume etc … étant disséminé un peu partout sur la console centrale, et pas regroupées, donc peu pratique en conduite

Commandes de vitres

Les commandes de vitres façon aviation sont placées dans la Mini à l’avant du levier de vitesse, et ne sont donc pas faciles à atteindre.

Coté Fiat 500

Places arrières

Les places arrières de la Fiat 500 frisent le ridicule. Un conseil : plus d’1m 70, ne partez JAMAIS à l’arrière de l’italienne, le voyage risque d’être long !

Visibilité arrière

Loin d’être un référence sur la berline, la visibilité arrière est tout simplement une catastrophe sur la version 500C, la capote empêchant tout simplement de voire ce qui se passe derrière vous, faisant de votre rétroviseur intérieur un gadget inutile.

Le moteur

Dans cette catégorie, les deux voitures se distinguent. En effet, Mini, filiale de BMW, rappelons le ne fait pas les choses à moitié. Certes, certains moteurs comme le One D sur les premières ou encore le One manquent un peu de dynamisme, mais la Mini commence à être réellement sympa à conduire à partir de la cooper, l’ultime version étant la John Cooper Works et ses 211 cv. En version cooper 1.6 120, la cooper bénéficie de reprises convaincantes et d’un bon dynamisme sans vous scotcher aux sièges. Même constat pour le Cooper D issu de Peugeot, même s’il dispose de 10 cv de moins, son couple important garantit de bonnes reprises, et un revente facile.

La fiat 500, même si elle dispose d’une version Abarth musclée et d’un 1.4 16v de 100 cv reste une citadine convaincue, et l’on évitera de s’aventurer sur les voies rapides avec son petit 1.2 de 69 cv un peu juste pour cet exercice.

Dynamique

Les anciennes Austin Mini étaient connues pour être de vrais karts. La nouvelle version de déroge pas à la tradition. Avec une direction très directe, des suspensions assez fermes, la Mini est un vrai régal à conduire tant en ville que sur route sinueuse où elle permet de belles relances sans être (trop) inconfortable.

La Fiat 500 pour sa part assure un comportement sain, même s’il est beaucoup moins abouti que celui de la Mini, avec un train arrière qui a tendance à sautiller.

Le prix

Il est difficile d’effectuer une comparaison entre les deux voitures sur le prix. Certes, la Mini est beaucoup plus chère, s’affichant sans complexes aux tarifs de voitures du segment supérieur, type Mégane ou Audi A3. Cependant, elle s’avère beaucoup plus aboutie que la Fiat 500, avec des moteurs plus performant, un chassis plus agressif et un comportement globalement bien au dessus de la Fiat 500.

Et les décapotables ?

Traiter la Fiat 500c de décapotable fait doucement rigoler. Si effectivement le toit en toile qui va se ranger à l’arrière de la voiture fiat 500cest très agréable et vous permet de cruiser les cheveux au vent, il ne s’agit en aucun cas d’une décapotable, les montants de la voiture restant en place, une fois le toit en toile replié sur la malle arrière. Au passage, dans cette configuration, la vision arrière se révèle être juste nulle …

mini cabrioletDu coté de la découvrable, Mini fait mieux, en proposant une voiture réellement décapotable, qui a perdu ses vilains arceaux de sécurité à l’arrière depuis le restylage en début d’année. Gadget totalement inutile, la Mini vous propose de comptabiliser le temps passé décapoté grâce à un petit compteur prévu à cet effet. Encore plus inutile en Bretagne… (vive les clichés)

Pour conclure, les deux voitures sont toutes les deux des réussites, et au moment du choix, il est dur d’opposer des arguments purement rationnels, le cœur ayant ses raisons que la raison ignore. Pour ma part, la Mini est beaucoup plus plus agressive et aboutie que la 500, proposant des motorisations s’étalant de 75 à 211 cv, tout en restant très chère, alors que la Fiat met plus l’accent sur le design intérieur et le coté urbain et branché plus accessible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.