Essai Mini Roadster Cooper SD steptronic

de | 11 mars 2012

Royal SA, concessionaire sur la région Grenobloise Mini / BMW invite régulièrement ses clients lors du lancements de nouveaux modèles. L’occasion de voire ce qui se fait de bien en ce moment et d’être l’essayeur d’un jour d’une voiture sympa !

Voici donc l’essai d’un propriétaire de Mini Cooper S, amoureux de l’automobile, mais sans aucune étiquette et sans parti pris ;-)

Mini Roadster

Il s’agissait donc aujourd’hui du Mini Roadster Cooper SD. Présenté en fin d’année dernière, le coupé est arrivé dans la gamme Mini, au programme : plus que deux places, un coffre immense (pour une Mini, j’entends !) des performances en (très légère) hausse à motorisation équivalente avec le hatch. Le roadster quand à lui débarque peu avant le printemps pour séduire les clients en mal de soleil pour l’été.

Pour le roadster et le Coupé, seules les motorisations les plus puissantes sont conservées :

  • Cooper (122 cv essence)
  • Cooper S (184 cd essence)
  • JCW John Cooper Works (211 cv essence)
  • Cooper SD (143 cv diesel)

C’est donc la version Cooper SD qui était au programme aujourd’hui, avec la transmission automatique

Le look

On aime ou on n’aime pas. Personnellement, je ne suis pas emballé, on s’éloigne un peu de l’esprit Mini, de la voiture rétro et on se rapproche plus selon moi de l’Opel Tigra ou de la Ford Puma, voire de la micra CC… Bref je suis plutôt conservateur et pour rester sur les classiques. Cependant je comprends la stratégie de BMW qui souhaite proposer un Coupé dans ce marché de niche…

Toujours est-il, le coupé et le roadster proposent de série un aileron situé sur la malle arrière qui sort automatiquement à partir de 80 km/h et qui peut également être actionné via un interrupteur situé dans l’habitacle. Un brin too much tout de même…

Le moteur

Coupleux à bas régime, volontaire dans les tours, le moteur est réellement performant et correspond tout à fait à l’esprit coupé. On ne manque jamais de puissance, et le bouton sport enclanché, la voiture devient vraiment volontaire voire rageuse.

Cependant, diesel oblige, la boite automatique enclenche rapidement le rapport supérieur, quand on a l’habitude de la Cooper S essence, on est un peu frustré et l’on regrette les belles envolées et l’allonge du moteur essence. Un passage sous un tunnel finit d’achever le mythe : le bruit sourd et rauque de l’échappement de la Cooper S a laissé place aux claquements d’un moteur au son agricole, qui se rapproche plus de la Xantia de grand-père que de la sportive pure et dure.

Transmission

Cet essai était également l’occasion de tester la transmission automatique proposée par Mini.Baptisée Steptronic, cette boite est une boite automatique relativement classique : mode full automatique + passage des vitesses au volant lorsque le conducteur souhaite reprendre la main. Un détail pénible à la longue toutefois : arrivé au feu, il faut impérativement garder le pied sur le frein, faute de quoi la voiture avance toute seule.

Bien qu’on soit loin de la rapidité d’une boite à double embrayage de type DSG, cette boite automatique ne démérite pas : les montées de vitesse sont rapides, les kick-down opérés avec la pédale d’accélérateur sont pris en compte rapidement. Mon interrogation va plus vers les palettes au volants auxquelles je n’ai pas compris grand chose (le fonctionnement n’est pas un fonctionnement classique : palette gauche pour rétrograder et palette droite vitesse supérieure). Apparemment les deux palettes peuvent servir à rétrograder ou passer la vitesse supérieur … Etrange …

L’intérieur

Chez Mini, l’intérieur plait toujours mais la finition est toujours le sujet qui fache. Dans le cas du roadster, certaines choses sautent aux yeux, principalement en rapport avec la capote (qui au passage n’affecte pas le coffre lorsqu’elle est repliée, gros point positif):

  • Capote manuelle : La capote est strictement manuelle, et même si elle peut être électrique en option, à près de 30k€ la voiture, on est en droit de rester un peu sur sa faim
  • Difficulté pour la fermeture de la capote : le verrouillage une fois en place nécessite un coup de poignet vigoureux et connaisseur
  • Pas de ciel de toit : Il n’y a pas de ciel de toit ! La finition intérieur de la capote fait un peu brouillon, avec des bandes façon ceinture de sécurité pour la renforcer : peut mieux faire
  • En observant, on voit les articulations du mécanisme de la capote : pas classe du tout !
  • Plastiques perfectibles (une Audi A1 fait bien bien mieux par exemple)

Passé ces détails, l’intérieur est identique à celui d’une Mini classique et je ne suis pas dépaysé: GPS et système multimédia très intuitif au milieu de l’immense tachymètre central, sièges chauffants, bouton sport, fonctionnement des clignotants insupportable, pas de doute, je suis bien dans une vraie Mini !

Comportement

Les utilisateurs Mini parlent tous du comprtement typé « kart » de la voiture. Je mettras un bémol à cette affirmation en parlant des limites du chassis d’origine sur les versions Cooper S. En effet, le chassis, bien que relativement rigoureux lorsque la voiture est un peu malmenée devient vite dépassé lorsque le rythme s’accélère. il faut alors recourir aux (nombreuses) options ou accessoires de seconde monte pour s’offrir le chassis Works ou le chassis sport, chassis qui permettent d’avoir un coportement plus sécurisant lorsque les entrées dans les virages se font plus rapides. Le roadster Cooper SD ne déroge pas à la règle : il convient de ne pas trop accélérer le rythme dans une longue courbe sous peine de sueurs froides…

Conclusion

Je ne suis pas un grand fan du roadster, et préfère de loin la décapotable « classique » qui au passage est légèrement plus chère (quoi que dotée de la capote électrique de série)

Mais il faut bien avouer que le charme opère même chez les plus sceptiques comme moi, et je fais confiance aux équipes marketing de chez Mini pour promouvoir cette mouture de la Mini.

Toutes les photos :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.